3 ans après la réalisation du projet ATARAXY,

et quelque mois après la marche vers BAREN

je retourne dans la commune de Baren pour y réaliser la performance suivante : enterrer le volume Ataraxy.

Vas-y, creuse.

video, Baren

2015

Enterrement , Baren, Ataraxy

Vues de la performance

2015

Ataraxy,

Vue de la fabrication du volume

2012

 

Peut-on créer son propre lieu de culte, sa propre façon d'adorer, de célébrer, de voir les choses mourir et renaître, à l'abri des modes dictés?

De spiritualité et de légèreté,

l'art comme rempart et moyen d'émancipation face aux modes de cultes, de rituels, de façons de se développer sur le plan de la matière et de l'invisible,

"inventer notre quotidien"!

Détourner.

Décentrer.

S'enterrer symboliquement hors des cimetières.

Revenir à la vie en fracturant nos propres tombes.

"L'homme-sauvage",

cet idiome ne doit plus faire sourire.

La mise en terre me fait éprouver le lieu.

Vouloir "du spirituel dans l'art", mais aussi de la légèreté.

Jouer sa conception de l'art avec le corps, l'esprit ce qu'on veut. Mais se créer son propre centre par des actes de décentrement. Trouver son "Walden" non loin de la société, non en ermite.

Juste un décentrement, non un rejet.